Les différents types d’isolant thermique

L’isolation thermique de votre maison est une chose que vous devez expressément prendre en main, et pour ce faire, il se trouve différentes sortes d’isolants sur le marché à votre disposition. Différentes options se présentent à vous, et le tout est de vous tourner vers la solution qui convient le mieux pour la partie de la maison à isoler.

L’isolation de la toiture de la maison

Cette partie de la maison se compte parmi celles qui nécessite le plus d’attention, dans la mesure où jusqu’à 35% de la chaleur de votre domicile peut s’échapper de celle-ci si les bonnes mesures ne sont pas prises. Dépendamment de votre type de toiture, il peut être requis de procéder à des actions diverses, mais la procédure reste généralement la même. En outre, on doit se charger de mettre en place une protection pour les couches d’isolants, qui doit éviter que ceux-ci soient soumis aux conditions comme l’humidité. Les isolants pour le toit sont principalement sous formes de rouleaux à dérouler, et se compose de matériaux comme la laine de roche ou bien le liège, et on utilise ce même type d’isolants pour le sol.

Isoler les combles sous les toits

Les combles sous la toiture sont une partie à part entière, car il n’est pas possible d’en faire une bonne prise en charge de la même manière qu’on ferait pour le toit. En outre, l’espace entre le plafond et la toiture peut présenter un challenge sur le plan de l’isolation thermique, car peut être assez difficile. Si ce sont des combles qu’il n’est pas possible d’aménager, on peut être contraints d’utiliser la solution qu’est la laine soufflée, qu’on doit projeter dans l’espace non occupé dans les combles. En faisant cela, on évite que la chaleur ne se déplace trop facilement.

Isoler les portes et fenêtres

Les portes et fenêtres de nos maisons se comptent également parmi les éléments dont on doit se charger de faire une bonne isolation sur le plan thermique. En outre, ce sont principalement sur les points où les portes et fenêtres entrent en contact avec votre maison qu’on doit faire des travaux d’isolation. Ainsi, on recourt essentiellement à des joints d’étanchéité qui viennent éviter que la chaleur ne s’échappe trop aisément de votre maison. Pour le reste de votre fenêtre ou votre porte, il est simplement question de vous tourner vers un matériau qui vient assurer une bonne isolation de manière naturelle, comme le bois ou bien le PVC.

Isoler les murs de votre domicile

L’isolation de vos murs peut se faire soit de l’intérieur soit de l’extérieur, et dépendamment de l’un ou de l’autre, la manière de procéder sera relativement différente. En somme toute, il est toujours question d’utiliser des isolants sous formes de couches qu’il faudra dérouler, ou bien des plaques qu’il sera nécessaire de mettre en place sur le mur puis de bien maintenir en place. Une fois les isolants posés, il est nécessaire de poser une couverture pour donner un meilleur rendu esthétique à l’ensemble, et cela assure aussi une bonne protection des isolants.

Pourquoi privilégier le chauffe-eau solaire ?

Savez-vous qu’il est tout à fait possible de produire de l’eau chaude sanitaire à l’aide de l’énergie solaire ? Pour cela, vous devez vous doter d’un appareil de chauffage révolutionnaire : le chauffe-eau solaire. Ce système de chauffage vous permet de couvrir partiellement ou totalement vos les besoins en eau chaude sanitaire au sein de votre habitat ou de votre lieu de travail. D’ailleurs, cette technique moderne de chauffage présente d’autres atouts considérables par rapport à l’utilisation des chauffe-eaux classiques.

Le chauffe-eau solaire, une solution écologique et économique et pratique

Comme son nom l’indique, le chauffe-eau solaire est un appareil de chauffage servant à produire de l’eau chaude sanitaire en exploitant l’énergie solaire. Plus précisément, le chauffe-eau solaire est composé de panneaux solaires thermiques qui sont placés sur le toit d’un bâtiment individuel (une maison) ou collectif (un immeuble de travail ou un immeuble d’appartement). Ces panneaux thermiques transforment les calories des rayons du soleil qu’ils captent en énergies pouvant chauffer de l’eau stockée dans un ballon de stockage.

Ainsi, le chauffe-eau solaire exploite l’énergie solaire, une ressource renouvelable, propre et gratuite pour produire de l’eau chaude sanitaire pouvant servir pour la cuisine, la lessive ou la douche, etc..En faisant le choix d’un chauffe-eau solaire, vous faites un geste pour la protection de l’environnement. Effectivement, le chauffe-eau solaire vous permet de diminuer vos émissions de CO2 puisque son utilisation ne provoque aucune émission polluante ni même la production de déchets dangereux.

Par ailleurs, le chauffe-eau solaire peut couvrir entre 50 et 70 % de vos besoins en eau chaude sanitaire et peut même soutenir votre système de chauffage central. D’ailleurs, votre facture énergétique est susceptible de baisser de 40 à 50 % grâce à l’utilisation d’un chauffe-eau solaire.

D’un point de vue pratique, le chauffe-eau solaire est très facile à installer et n’exige que très peu d’entretiens.

Une technique de chauffage donnant droit à des aides publiques

Étant donné que le recours à un chauffe-eau solaire permet de préserver l’environnement et de faire d’importantes économies d’énergies, son achat ouvre droit à des aides publiques de l’État.

Ainsi, sous certaines conditions, vous pouvez bénéficier du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) de 30 % lorsque vous achetez et installer un chauffe-eau solaire chez vous. En effet, vous pouvez récupérer sur votre impôt sur le revenu 30 % du prix d’acquisition hors taxe de cet appareil de chauffage.

Par ailleurs, pour cette année 2020, en plus du CITE, l’achat d’un chauffe-eau solaire peut aussi vous donner droit à MaPrimeRénov’ 2020. C’est une nouvelle aide de l’État pour la rénovation énergétique, elle est versée par l’Anah aux ménages aux ressources modestes ou très modestes.

Comprendre l’automatisme des portails

Le portail constitue l’un des éléments sécuritaires d’une habitation au motif qu’il y empêche l’accès des personnes malintentionnées. Lorsqu’il est pourvu de système de motorisation, il rend aussi plus facile l’accès des occupants à la maison. Heureusement, presque tous les types de portails sont aujourd’hui motorisables. En savoir plus sur le fonctionnement de l’automatisme de portails.

Comment fonctionne l’automatisme de portails ?

II s’agit avant tout d’un moteur conçu pour permettre l’ouverture et la fermeture automatique du ou des ventaux d’un portail. Il comprend un certain nombre d’éléments. Mis à part le motoréducteur, il est également constitué d’une carte électronique appelée logique de commande. Celle-ci se charge de gérer l’automatisme selon l’ordre qu’elle reçoit. Lorsque vous appuyez par exemple sur le bouton de la télécommande, le signal envoyé par celle-ci est capté par le récepteur radio. Ce dernier transmet ensuite l’information vers la logique de commande afin d’exécuter l’ordre.

D’autres accessoires peuvent venir compléter le système de motorisation. Les photocellules peuvent par exemple le commander lorsqu’elles décèlent un obstacle sur la trajectoire du portail. Dans ce cas de figure, les cellules photoélectriques émettent un signal vers l’armoire de commande afin d’arrêter la motorisation et ainsi la course des ventaux. Mis à part la télécommande, le portail automatique pourrait également être commandé par un digicode, un interphone, un visiophone, etc.

Concernant son alimentation, certains d’entre eux sont alimentés par courant secteur, avec une tension de 12V ou 24V (utilisant un adaptateur) ou encore 220V. D’autres modèles sont alimentés par un kit solaire. Enfin, afin d’éviter le dysfonctionnement du portail électrique durant la coupure des électricités, les fabricants ont inventé la batterie de secours. Grâce à cette dernière, l’utilisateur peut continuer de profiter du confort offert par l’automatisme.

Quels sont les différents types de motorisation portail ?

Les fabricants d’automatismes ont diversifié leur produit afin que chaque type de portail puisse trouver facilement le moteur qui lui convient. Il ne faut pas ainsi négliger le choix de l’automatisme. Si vous avez un portail battant, de nombreux modèles s’offrent à vous. Si votre portail est un peu lourd et s’il est renforcé, il vaut mieux opter pour la motorisation à vérin. Puissante, celle-ci est conçue pour les ventaux relativement lourds. De plus, la structure du portail doit suffisamment être renforcée afin qu’elle puisse résister à la force importante exercée par le moteur. Le modèle à vérins est préconisé pour les portails en fer ou en bois. Pour pouvoir l’accueillir, les portails alu et PVC doivent bénéficier de renforts.

La motorisation à bras articulé constitue une autre alternative. Celle-ci convient presque à la plupart de portails (PVC, alu, bois, fer forgé, etc.). Elle a l’avantage d’offrir une ouverture beaucoup plus rapide que celle du moteur à vérin. Qui plus est, elle est simple d’installation et d’utilisation.

La motorisation enterrée, quant à elle, est enfouie dans le sol, sous le bord inférieur de chaque vantail. L’un des atouts importants de ce système d’automatisation figure sa discrétion. Il n’est pas visible en surface d’où sa capacité à maintenir le design du portail.

Se réchauffer avec une chaudière à gaz

Le chauffage à gaz, bien qu’il ait été devancé par le chauffage électrique et le chauffage au bois, présente toujours des avantages très bénéfiques. C’est effectivement une solution très efficace pour ceux qui veulent se réchauffer sans se ruiner et sans faire un dégât dans la facture d’électricité. Il existe deux types de gaz qui peuvent être utilisés pour le chauffage. Le premier est ce que l’on appelle le gaz de ville, ou gaz naturel, et le second est le gaz propane. Ce dernier est comme le fioul, il se stocke dans une cuve.

Principe de fonctionnement d’une chaudière à gaz

La chaudière à gaz fonctionne sur le même principe de fonctionnement que le chauffage à fioul parce qu’elle utilise une combustion pour pouvoir marcher. Dans la chaudière, le gaz va bruler et chauffer l’eau qui va se diffuser dans les canalisations de la maison. Puis, la répartition se fait à partir du radiateur à eau chaude, par exemple.

Pour ceux qui utilisent du gaz naturel, le principe est très simple : la maison doit être raccordée au réseau de gaz de la ville et c’est tout. Donc, l’utilisation est simplifiée parce qu’aucune installation n’est nécessaire. Qui plus est, c’est une option très satisfaisante parce que la chaudière à gaz chauffe très vite et offre une chaleur homogène et agréable dans le foyer. Et bien entendu, se chauffer au gaz est nettement moins cher par rapport au chauffage électrique. Puis, cela ne demande aucun espace de stockage de gaz parce que le réseau se charge du ravitaillement.

Par ailleurs, concernant l’utilisation du gaz propane, le chauffage est très performant et présente une autonomie de chauffe considérable. Aussi, pour les habitations qui ne peuvent pas être reliées aux réseaux de gaz naturel, cela présente une très bonne alternative. Il s’agit ici des maisons isolées et éloignées de la ville, mais qui nécessitent un système de chauffage performant.

Types de chaudières à gaz

Techniquement, il existe cinq types de chaudières à gaz : la chaudière à gaz classique, la chaudière à condensation, la chaudière gaz à basse température, la chaudière gaz pulsatoire et la chaudière gaz à micro-cogénération.

La chaudière à gaz classique est un équipement standard qui fonctionne à haute température. Elle chauffe très rapidement, mais consomme aussi beaucoup d’énergie. Puis, la chaudière à condensation consiste à récupérer la vapeur d’eau issue de la combustion du gaz pour préchauffer l’eau. Ce système permet de faire de substantielles économies d’énergies par rapport à la chaudière classique. En outre, la chaudière à basse température est, comme son nom l’indique, un appareil qui fonctionne à basse température. Donc, il consomme moins de gaz par rapport à la chaudière traditionnelle.

S’agissant de la chaudière gaz pulsatoire, elle ne dispose pas de brûleur pour la combustion du gaz. Cependant, elle produit efficacement du chauffage parce qu’elle est dotée d’un cycle de micro-combustions. Il suffit d’installer un tube d’évacuation en PVC parce qu’elle ne demande pas de tubage du conduit de cheminée. Pour finir, la chaudière à micro-cogénération est encore peu connue du grand public parce qu’il s’agit d’une technique atypique d’exploiter le gaz. Elle permet effectivement de combler les besoins d’un ménage en termes de chauffage, d’eau chaude sanitaire tout en produisant de l’électricité.

isolation garage

Au sein d’un bâtiment, l’isolation d’un garage n’est pas forcément un élément qui attire beaucoup l’attention. Également pendant les travaux de rénovation, ces pièces sont souvent laissées à l’abondant. Dans la plupart des cas recensés, elles sont soit mal isolées soit dépourvues d’isolation. Étant rattachées à la structure, les déperditions thermiques détectées dans ces lieux ont une énorme répercussion sur l’ensemble de la performance énergétique de la maison. Chacun de ses éléments constitutifs, à savoir : le plafond, la porte, et les maçonneries doivent être inspectés de fond en comble. Afin de parvenir à un résultat satisfaisant, il faudra entamer une démarche organisée. En effet, plusieurs techniques sont nécessaires à l’accomplissement des objectifs initiaux.

Pour quelle raison faut-il isoler un garage ?

Dans le cas d’un garage attenant, c’est-à-dire dépendant de la charnière centrale, les façades sont obligatoirement rattachées à la maison. En prenant en considération cette information, il sera indispensable d’identifier les pièces bénéficiant de chauffage intégré. Cette délimitation permettra de diminuer de façon significative les pertes de chaleur occasionnée. À partir du moment où les pièces mitoyennes sont relatives au salon, aux chambres ou à la salle de bain, entreprendre les travaux d’isolation devient prioritaire. Toutes initiatives visant à régler ces anomalies ne peuvent être que bénéfiques vis-à-vis de l’aspect consommation énergétique global.

Comment arriver à isoler efficacement un garage ?

Lorsqu’il s’agit d’isoler ces structures, plusieurs facteurs entrent en corrélation. Comme vous l’aurez observé, le garage étant un milieu très fréquemment ouvert à l’extérieur en raison des entrées et des sorties de véhicules, vous devez de ce fait évaluer quelques critères variables. La porte secondaire, les tuyaux d’alimentation en eau, les ponts thermiques, et les fenêtres devront bénéficier d’une révision et d’une expertise poussée. Pour mettre en œuvre les travaux de rénovation, vous devez vous équiper d’outils spécifiques. De manière plus explicitée, vous aurez besoin d’une laine de verre ou de roche, de polystyrène extrudé, et de polyuréthane. En dehors d’une simple isolation thermique, ces isolants ont la faculté de lutter contre les pollutions sonores qui hantent vos jours et vos nuits. Entendre inlassablement le bruit assourdissant du moteur qui fait écho à travers la maison n’est franchement pas plaisant.

Quels sont les techniques d’isolation de garage ?

Les isolants sont destinés à être placés sur une ossature métallique, collés à une fuite, ou appliqués au-dessus de tasseaux faits de bois. Pour recouvrir le tout, vous aurez la possibilité de choisir des revêtements protecteurs extrêmement efficaces. Ignifuges, hydrofuges, peut-être les deux, ses propriétés étonnantes sont appréciées par les particuliers. Constituant les surfaces les plus étendues du bâtiment, les murs occupent une place singulière dans le processus. Le chantier devra prendre ces maçonneries comme point de départ. Pouvant être déclinée soit de l’intérieur, soit de l’extérieur, l’application de la méthode adaptée à votre infrastructure dépend en grande partie de votre budget. Les réhabilitations de murs par l’intérieur sont les plus populaires en raison de leurs faibles coûts d’entretien. Au contraire, la deuxième vous reviendra plus cher en termes de durabilité, force est de constater que cette méthode est bien plus rentable à long terme.

quel radiateur Thermor choisir

La température au sein d’une maison est un élément d’une grande importance pour vous permettre de conserver un minimum de confort, même si cela ne saute pas toujours aux yeux. En outre, pour assurer que votre maison soit bien au chaud, il est question de faire l’acquisition de ce qui se fait de mieux en termes d’appareils de chauffage.

L’importance du chauffage

Parmi les normes qui viennent assurer la qualité d’une maison, on peut mentionner celles qui gèrent le niveau de conservation de chaleur de celle-ci, soit sa capacité à ne pas laisser aisément la chaleur s’échapper. Une bonne isolation thermique est en effet un critère essentiel pour indiquer de la bonne qualité d’une maison, et en parallèle, il est également essentiel de disposer du modèle de chauffage qui convient. Pour vous permettre d’avoir un choix aussi large que possible, il vous est fait disposer d’une importante variété de modèles de dispositifs de chauffage domestique.

Parmi ceux qui gagnent le plus en popularité, on peut mentionner le radiateur, qui se décline en deux versions : celui qui chauffe directement l’air, et celui qui chauffe d’abord de l’eau, et celle-ci sera utilisée par la suite afin de chauffer la maison. Parmi les points forts des radiateurs en tant qu’appareils de chauffage, on peut évoquer le fait qu’ils ne nécessitent pas qu’on s’alimente en source de chaleur comme le bois ou encore le fioul.

Choisir un radiateur pour votre maison

Il se trouve plusieurs modèles de radiateurs entre lesquels vous pouvez vous décider. Les modèles électriques existent par exemple sous un format qui vous permet de le déplacer comme vous le souhaitez. Cela est possible grâce au fait qu’ils sont reliés à une alimentation électrique par le biais d’une prise qu’il vous faudra simplement charger sur le secteur. Cette solution convient pour les petites maisons, ou bien pour les étudiants qui vivent dans des logements universitaires.

Les modèles qui utilisent de l’eau sont plutôt des types de radiateurs à position fixe, et conviennent mieux pour les grandes maisons, car ils sont plus efficaces pour chauffer de grands espaces. Les radiateurs électriques normaux conviennent plutôt pour des superficies moyennes, en raison du fait que la chaleur diminue d’intensité au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la source de celle-ci. Leur principal avantage est qu’ils permettent de générer une chaleur raisonnable, sans que le tout ne vous ait couté trop cher.

Acheter un radiateur Thermor

La compagnie Thermor est parmi celles qu’il vous est possible d’approcher pour ce qui est de vos besoins se rapportant aux radiateurs en général. Parmi ce que la compagnie a pour elle, il y a le fait qu’elle produit essentiellement des articles de haute qualité, qui ont contribué à en faire une des meilleures marques dans ce domaine en particulier.

Vous tourner vers cette compagnie vous donne la possibilité de faire l’acquisition d’un modèle de radiateur pour un prix raisonnable, sans que vous n’ayez à vous plaindre sur le plan des performances mais aussi de la durée de vie du produit en général. Aussi, il est possible d’approcher le service clientèle en cas de besoin sur ce plan.

comment ventiler sa maison sans vmc

Aussi indispensable qu’elle soit, il existe bien des habitations qui ne sont pas équipées de VMC. Il s’agit de cet accessoire qui permet de ventiler la maison et de rafraichir l’air qui y circule. L’installation de cet équipement est plus que nécessaire dans les constructions neuves, mais afin que le confort total soit présent. Toutefois, on la retrouve également sur la toiture de certaines maisons anciennes. Pour ceux qui n’ont pas la possibilité d’installer une VMC sur leur logement, il existe aussi d’autres moyens pour ventiler correctement celui-ci. C’est justement à propos de ce sujet que nous allons nous focaliser dans cette rubrique. Tour d’horizon sur le sujet.

Une maison sans VMC

De prime abord, il est à noter que l’installation de ce système de ventilation est une obligation légale qui a été instaurée dans la norme NF DTU 68.3. Cette règle encadre toutes les normes s’appliquant à l’installation d’une ventilation neuve au niveau de nouvelles constructions. Avant la création de la VMC, les ménages utilisent des moyens simples et naturels pour ventiler leur intérieur. Il peut s’agir d’une méthode classique comme l’emploi des ouvertures (portes et fenêtres) qui existent déjà au sein du bâtiment. Cela peut également être une technique différente comme l’installation d’un gril de ventilation en bas de chaque fenêtre. Toutefois, il est à noter que ces manières de faire ont un quelconque impact sur l’isolation de la maison parce que cela entraine une déperdition de chaleur importante (en hiver) ou une grande source de pénétration de chaleur (en été). Par ailleurs, dans le cas où l’isolation de la maison a été parfaitement mise au point, rien n’empêche de recourir à ces méthodes naturelles. Il est surtout question d’adapter les moyens utilisés avec la configuration du bâtiment.

D’autres façons de ventiler sa maison

Même si la mise en place d’une VMC est une opération totalement sans risque, certaines maisons (en raison de leur configuration) ne peuvent pas bénéficier de ce système. De ce fait, les propriétaires sont contraints de trouver d’autres techniques plus efficaces pour ce faire. Il se pourrait également que ce soit justement la volonté des occupants de ne pas recourir à cette méthode. Quoi qu’il en soit, il est tout à fait possible d’employer d’autres systèmes afin que l’air qui circule dans la maison soit toujours rafraichi (en temps voulu). Nous avons déjà mentionné le souci concernant les ouvertures dans la maison. Néanmoins, il s’agit d’un moyen très efficace pour renouveler l’air à l’intérieur. De ce fait, si vous voulez recourir à cette technique, il faudra le faire en fonction du type d’isolation que vous utilisez ainsi que de la configuration de chaque pièce. En l’occurrence, la cuisine et la salle de bain (où l’humidité d’air est la plus élevée) devront être équipées d’une ouverture assez large. De ce fait, l’air sera rapidement rafraichi avant que l’humidité et l’odeur ne se propagent dans toute la maison. Ici, vous allez devoir procéder avec tact et utiliser cette méthode uniquement au moment propice.

isolation extérieure mur

Pour qu’on puisse être dans le meilleur confort possible au sein d’une maison, l’une des choses qu’on peut faire est de procéder à l’isolation du mur. En outre, c’est une action essentielle qui permet d’éviter que les dépenses en termes d’énergie de chauffage ne soient pas trop excessives, mais le tout est de bien s’y prendre pour les travaux.

Pourquoi isoler thermiquement le mur

Les différentes parties de votre maison peuvent être classées suivant la capacité de celles-ci à laisser s’en échapper la chaleur, et les murs arrivent en seconde position. Parmi ce qui vient causer cela, on peut mentionner les ponts thermiques, qui sont des zones données à la surface des façades de votre maison qui permettent bien plus facilement de s’échapper. Bien que les murs puissent être épais, une bonne isolation n’est pas essentiellement une question d’épaisseur, mais principalement de capacité de la structure de celui-ci à bloquer ou non le passage de la chaleur.

Quand les mesures adéquates ne sont pas prises, une grande partie de chaleur est susceptible de s’échapper via les murs de votre maison. La conséquence de cela est qu’il vous faut fournir bien plus d’efforts pour ce qui est de la génération de chaleur au sein de votre maison. Plus vous ferez travailler votre système de chauffage, plus celui-ci consommera de l’énergie, et donc le tout vous coutera plus cher à la fin du mois.

Mettre en place des isolants extérieurs

Il se trouve différentes sortes d’isolants qu’il vous est possible de mettre en place sur les murs de votre maison, et parmi les manières de faire cela, il y la pose externe et la pose internet. La différence entre ces deux types d’isolations de murs est grande, dans la mesure où la pose des isolants dans un cas où un autre inclut un avancement des murs. En extérieur, il y a un minimum d’interférences avec la vie quotidienne des occupants d’une maison.

En effet, le déroulement des travaux ne vient pas causer de chamboulement au sein de la vie dans les pièces adjacentes aux murs. Aussi, il n’y a pas de problème de rapetissement de l’espace au sein de votre maison, comme ce serait le cas pour les isolants qui sont placés en intérieur. L’un des inconvénients est qu’il pourrait être nécessaire de repenser la position des éléments comme les gouttières, ou encore les cadres de vos fenêtres.

Confier la pose des isolants à un professionnel

Pour que vous puissiez avoir l’assurance d’une bonne pose de l’ensemble des isolants sur votre mur extérieur, la meilleure chose à faire est de confier cette tâche à un prestataire qui possède l’expertise nécessaire pour pouvoir mener cette tâche à bien. Afin de trouver aisément une telle personne, il vous est possible de vous rendre sur internet et de faire les recherches qui conviennent.

Il ne faut pas vous arrêter à la première offre sur laquelle vous tombez, mais au contraire, vous devez faire en sorte d’étendre votre recherche pour avoir plusieurs profils sous la main, et ainsi d’avoir mieux l’embarras du choix pour ce qui est de la personne à qui confier les travaux.

isolation que choisir

Une bonne isolation n’a jamais fait défaut. En effet, dans une maison bien isolée le confort est toujours au rendez-vous, de même pour la réduction de la dépense énergétique. Pour réaliser cet isolement thermique et phonique, il est indispensable de bien choisir les isolants à poser et assurer une bonne installation. Alors, parmi les deux méthodes d’isolations et les nombreux isolants qu’on trouve sur le marché, que choisir ?

Isolation par l’extérieur ou par l’intérieur ?

L’isolation par l’extérieur forme une couche de protection comme un manteau accolé aux façades. C’est un système qui permet d’arrêter net les déperditions de calorie et d’éliminer les ponts thermiques. De plus, comme les isolants sont posés de l’extérieur, la surface habitable de la maison ne diminue pas. Pour les travaux de rénovation, avec l’ITE vous n’avez pas à vous déplacer ou à déplacer les meubles. En revanche, en ayant recours à cette méthode vous êtes dans l’obligation de faire une déclaration des travaux à la mairie. Le prix d’installation d’une isolation thermique par l’extérieur est également un peu élevé.

Concernant l’isolation par l’intérieur, elle empêche les condensations dues aux parois froides. L’ITI est beaucoup plus abordable comparée à l’ITE. Elle est également plus facile à mettre en œuvre. Et isoler la maison de l’intérieur permet de profiter d’une excellente isolation acoustique. L’inconvénient avec ce système d’isolation, c’est qu’il réduit la surface habitable du bâtiment et dans le cas d’une rénovation, il faut que les habitants trouvent un autre endroit où habiter pendant les travaux.

Pour le choix de l’isolant, quels sont les critères à considérer ?

Quelques points sont à prendre en compte lorsqu’on choisit un isolant thermique. En premier lieu, sa performance d’isolation thermique et acoustique. Il faut également se renseigner sur la constitution de l’isolant. Il y a des isolants qui ont la capacité de résister au feu tandis que d’autres sont mauvais pour la santé. Il faut également penser à la pose du matériau, mieux vaut opter pour un isolant qui soit facile à mettre en place. Pour profiter d’une bonne isolation pendant plusieurs années, pensez à choisir un isolant qui possède une grande longévité et enfin, son prix.

Choisir la laine de roche comme isolant

La laine de roche est un matériau d’isolation à base de minéral (basalte). Elle reste encore la plus utilisée dans le domaine de l’isolation pour ses nombreux atouts. En effet, cet isolant dispose d’une très bonne capacité d’isolation thermique et phonique. La laine de roche est facile à travailler et est disponible en rouleau ou en panneaux. Elle a une longévité moyenne et son prix est très abordable.

Mais si la laine de roche ne vous convient pas, il y a encore d’autres isolants d’origine minérale comme la laine de verre, le verre cellulaire, la perlite, la vermiculite, l’argile expansée, etc.

D’autres familles d’isolants thermiques

Si les isolants à base de minéral vous posent problème, il y en a encore d’autres. Les isolants d’origine naturelle comme la laine de bois, la laine de chanvre, la paille, la laine de mouton, les plumes de canard. Il y a aussi les isolants synthétiques tels que les polystyrènes et le polyuréthane. Bref, vous avez un large choix en matière d’isolation.

Portail manuel ou portail motorisé?

Même si la motorisation portail commence aujourd’hui à gagner du terrain, certaines personnes hésitent encore à en équiper leur portail manuel, en se posant autant de questions : la motorisation coute-t-elle cher ? Est-ce qu’elle va faire grimper la facture d’électricité ? Quelles sont les avantages de s’en procurer ?, etc. Si vous avez du mal à choisir entre le portail manuel et le portail motorisé, ce guide peut vous aider.

Pourquoi équiper son portail manuel d’un automatisme ?

Il faut avouer qu’il est plus incommodant d’utiliser un portail manuel. Et pour cause, chaque fois qu’on a besoin d’ouvrir le portail, il faut attendre que quelqu’un nous ouvre pour pouvoir accéder à sa résidence. Cela entrainerait une perte de temps. Et s’il n’y a aucune personne à l’intérieur, nous sommes obligés d’ouvrir nous même le portail, ce qui est très désagréable, lorsque l’opération survient durant un temps pluvieux ou la nuit. De plus, il serait plus difficile pour les personnes âgées ou pour celles qui sont à mobilité réduite d’ouvrir un portail manuel.

C’est pour ces nombreuses raisons qu’il est préconisé d’équiper son portail manuel d’un automatisme. Cette solution a l’avantage d’être plus simple et plus rapide. Il suffit d’utiliser le dispositif de commande pour actionner l’automatisme. Si vous vous servez d’une télécommande par exemple, une simple pression sur le bouton de celle-ci depuis votre voiture suffit pour ouvrir et fermer le portail, sans qu’il soit nécessaire de vous déplacer. Si le portail automatique est relié à un digicode, il suffit de taper le code confidentiel sur son clavier.

Sans oublier que la motorisation prolonge la durée de vie de votre portail, dans la mesure où les à-coups sont réduits à chaque actionnement. Cela permet de préserver la mécanique du portail.

Coté consommation, un portail n’est pas gourmand en électricité, même si vous vous en servez d’une manière fréquente.

Quelle motorisation pour quel type de portail ?

En général, deux types de portail existent sur le marché : portail battant et portail coulissant. Si vous envisagez de motoriser votre portail battant, plusieurs solutions s’offrent à vous : motorisation à bras, motorisation à vérin, motorisation enterrée.

La motorisation à vérin est à choisir si le poids des vantaux de votre portail est imposant. Et pour cause, ce modèle d’automatisme a l’avantage d’être puissant, malgré sa vitesse plus lente. C’est pour cette raison qu’il nécessite une fixation plus solide.

Vous pouvez également opter pour la motorisation à bras, qui peut équiper tout type de portail (aluminium, PVC, fer, etc.). De plus, il assure une ouverture plus rapide par rapport aux modèles à vérin.

Si vous souhaitez offrir plus d’esthétique à votre portail motorisé, la motorisation enterrée est préconisée. Comme son nom le laisse deviner, celle-ci est enfouie dans le sol, ce qui lui permet de maintenir le design du portail. Ce type d’automatisme a aussi l’avantage d’être puissant et fiable, malgré son prix un peu élevé.

Pour les portails coulissants, deux types de motorisation sont au choix : la motorisation portail coulissant à rail, et la motorisation portail coulissant autoportante.

Bref, le choix est très large en matière d’automatisme pour portail manuel. Pour trouver le modèle compatible, autant de critères sont à prendre en compte. Si vous voulez en savoir plus sur le choix d’un automatisme portail, ce lien peut vous aider : https://portail-cloture.ooreka.fr/751499/rubrique/751713/choisir-un-portail.