quel radiateur Thermor choisir

La température au sein d’une maison est un élément d’une grande importance pour vous permettre de conserver un minimum de confort, même si cela ne saute pas toujours aux yeux. En outre, pour assurer que votre maison soit bien au chaud, il est question de faire l’acquisition de ce qui se fait de mieux en termes d’appareils de chauffage.

L’importance du chauffage

Parmi les normes qui viennent assurer la qualité d’une maison, on peut mentionner celles qui gèrent le niveau de conservation de chaleur de celle-ci, soit sa capacité à ne pas laisser aisément la chaleur s’échapper. Une bonne isolation thermique est en effet un critère essentiel pour indiquer de la bonne qualité d’une maison, et en parallèle, il est également essentiel de disposer du modèle de chauffage qui convient. Pour vous permettre d’avoir un choix aussi large que possible, il vous est fait disposer d’une importante variété de modèles de dispositifs de chauffage domestique.

Parmi ceux qui gagnent le plus en popularité, on peut mentionner le radiateur, qui se décline en deux versions : celui qui chauffe directement l’air, et celui qui chauffe d’abord de l’eau, et celle-ci sera utilisée par la suite afin de chauffer la maison. Parmi les points forts des radiateurs en tant qu’appareils de chauffage, on peut évoquer le fait qu’ils ne nécessitent pas qu’on s’alimente en source de chaleur comme le bois ou encore le fioul.

Choisir un radiateur pour votre maison

Il se trouve plusieurs modèles de radiateurs entre lesquels vous pouvez vous décider. Les modèles électriques existent par exemple sous un format qui vous permet de le déplacer comme vous le souhaitez. Cela est possible grâce au fait qu’ils sont reliés à une alimentation électrique par le biais d’une prise qu’il vous faudra simplement charger sur le secteur. Cette solution convient pour les petites maisons, ou bien pour les étudiants qui vivent dans des logements universitaires.

Les modèles qui utilisent de l’eau sont plutôt des types de radiateurs à position fixe, et conviennent mieux pour les grandes maisons, car ils sont plus efficaces pour chauffer de grands espaces. Les radiateurs électriques normaux conviennent plutôt pour des superficies moyennes, en raison du fait que la chaleur diminue d’intensité au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la source de celle-ci. Leur principal avantage est qu’ils permettent de générer une chaleur raisonnable, sans que le tout ne vous ait couté trop cher.

Acheter un radiateur Thermor

La compagnie Thermor est parmi celles qu’il vous est possible d’approcher pour ce qui est de vos besoins se rapportant aux radiateurs en général. Parmi ce que la compagnie a pour elle, il y a le fait qu’elle produit essentiellement des articles de haute qualité, qui ont contribué à en faire une des meilleures marques dans ce domaine en particulier.

Vous tourner vers cette compagnie vous donne la possibilité de faire l’acquisition d’un modèle de radiateur pour un prix raisonnable, sans que vous n’ayez à vous plaindre sur le plan des performances mais aussi de la durée de vie du produit en général. Aussi, il est possible d’approcher le service clientèle en cas de besoin sur ce plan.

quel radiateur Thermor choisir

La température au sein d’une maison est un élément d’une grande importance pour vous permettre de conserver un minimum de confort, même si cela ne saute pas toujours aux yeux. En outre, pour assurer que votre maison soit bien au chaud, il est question de faire l’acquisition de ce qui se fait de mieux en termes d’appareils de chauffage.

L’importance du chauffage

Parmi les normes qui viennent assurer la qualité d’une maison, on peut mentionner celles qui gèrent le niveau de conservation de chaleur de celle-ci, soit sa capacité à ne pas laisser aisément la chaleur s’échapper. Une bonne isolation thermique est en effet un critère essentiel pour indiquer de la bonne qualité d’une maison, et en parallèle, il est également essentiel de disposer du modèle de chauffage qui convient. Pour vous permettre d’avoir un choix aussi large que possible, il vous est fait disposer d’une importante variété de modèles de dispositifs de chauffage domestique.

Parmi ceux qui gagnent le plus en popularité, on peut mentionner le radiateur, qui se décline en deux versions : celui qui chauffe directement l’air, et celui qui chauffe d’abord de l’eau, et celle-ci sera utilisée par la suite afin de chauffer la maison. Parmi les points forts des radiateurs en tant qu’appareils de chauffage, on peut évoquer le fait qu’ils ne nécessitent pas qu’on s’alimente en source de chaleur comme le bois ou encore le fioul.

Choisir un radiateur pour votre maison

Il se trouve plusieurs modèles de radiateurs entre lesquels vous pouvez vous décider. Les modèles électriques existent par exemple sous un format qui vous permet de le déplacer comme vous le souhaitez. Cela est possible grâce au fait qu’ils sont reliés à une alimentation électrique par le biais d’une prise qu’il vous faudra simplement charger sur le secteur. Cette solution convient pour les petites maisons, ou bien pour les étudiants qui vivent dans des logements universitaires.

Les modèles qui utilisent de l’eau sont plutôt des types de radiateurs à position fixe, et conviennent mieux pour les grandes maisons, car ils sont plus efficaces pour chauffer de grands espaces. Les radiateurs électriques normaux conviennent plutôt pour des superficies moyennes, en raison du fait que la chaleur diminue d’intensité au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la source de celle-ci. Leur principal avantage est qu’ils permettent de générer une chaleur raisonnable, sans que le tout ne vous ait couté trop cher.

Acheter un radiateur Thermor

La compagnie Thermor est parmi celles qu’il vous est possible d’approcher pour ce qui est de vos besoins se rapportant aux radiateurs en général. Parmi ce que la compagnie a pour elle, il y a le fait qu’elle produit essentiellement des articles de haute qualité, qui ont contribué à en faire une des meilleures marques dans ce domaine en particulier.

Vous tourner vers cette compagnie vous donne la possibilité de faire l’acquisition d’un modèle de radiateur pour un prix raisonnable, sans que vous n’ayez à vous plaindre sur le plan des performances mais aussi de la durée de vie du produit en général. Aussi, il est possible d’approcher le service clientèle en cas de besoin sur ce plan.

comment ventiler sa maison sans vmc

Aussi indispensable qu’elle soit, il existe bien des habitations qui ne sont pas équipées de VMC. Il s’agit de cet accessoire qui permet de ventiler la maison et de rafraichir l’air qui y circule. L’installation de cet équipement est plus que nécessaire dans les constructions neuves, mais afin que le confort total soit présent. Toutefois, on la retrouve également sur la toiture de certaines maisons anciennes. Pour ceux qui n’ont pas la possibilité d’installer une VMC sur leur logement, il existe aussi d’autres moyens pour ventiler correctement celui-ci. C’est justement à propos de ce sujet que nous allons nous focaliser dans cette rubrique. Tour d’horizon sur le sujet.

Une maison sans VMC

De prime abord, il est à noter que l’installation de ce système de ventilation est une obligation légale qui a été instaurée dans la norme NF DTU 68.3. Cette règle encadre toutes les normes s’appliquant à l’installation d’une ventilation neuve au niveau de nouvelles constructions. Avant la création de la VMC, les ménages utilisent des moyens simples et naturels pour ventiler leur intérieur. Il peut s’agir d’une méthode classique comme l’emploi des ouvertures (portes et fenêtres) qui existent déjà au sein du bâtiment. Cela peut également être une technique différente comme l’installation d’un gril de ventilation en bas de chaque fenêtre. Toutefois, il est à noter que ces manières de faire ont un quelconque impact sur l’isolation de la maison parce que cela entraine une déperdition de chaleur importante (en hiver) ou une grande source de pénétration de chaleur (en été). Par ailleurs, dans le cas où l’isolation de la maison a été parfaitement mise au point, rien n’empêche de recourir à ces méthodes naturelles. Il est surtout question d’adapter les moyens utilisés avec la configuration du bâtiment.

D’autres façons de ventiler sa maison

Même si la mise en place d’une VMC est une opération totalement sans risque, certaines maisons (en raison de leur configuration) ne peuvent pas bénéficier de ce système. De ce fait, les propriétaires sont contraints de trouver d’autres techniques plus efficaces pour ce faire. Il se pourrait également que ce soit justement la volonté des occupants de ne pas recourir à cette méthode. Quoi qu’il en soit, il est tout à fait possible d’employer d’autres systèmes afin que l’air qui circule dans la maison soit toujours rafraichi (en temps voulu). Nous avons déjà mentionné le souci concernant les ouvertures dans la maison. Néanmoins, il s’agit d’un moyen très efficace pour renouveler l’air à l’intérieur. De ce fait, si vous voulez recourir à cette technique, il faudra le faire en fonction du type d’isolation que vous utilisez ainsi que de la configuration de chaque pièce. En l’occurrence, la cuisine et la salle de bain (où l’humidité d’air est la plus élevée) devront être équipées d’une ouverture assez large. De ce fait, l’air sera rapidement rafraichi avant que l’humidité et l’odeur ne se propagent dans toute la maison. Ici, vous allez devoir procéder avec tact et utiliser cette méthode uniquement au moment propice.

quel radiateur Acova choisir

Le chauffage au sein d’une maison est une chose importante qu’il ne faut pas laisser au hasard, aussi il faut bien prendre votre temps quand il est question de faire un choix pour un modèle en particulier de dispositif de chauffage. En outre, le choix de la marque compte également, et Acova se compte parmi les compagnies qui sont dignes de confiance sur ce plan.

L’importance du chauffage

Au sein d’une maison, il y a plusieurs critères à prendre en compte pour ce qui est de l’évaluation du niveau de confort au sein de celle-ci, et parmi ceux qu’on peut mentionner, il y a la température intérieure. Si rien n’est fait pour gérer celle-ci, elle a tendance à s’ajuster à la température au dehors de votre maison, ce qui peut être problématique au cours des saisons froides, où la température peut descendre en dessous de 0°. Pour éviter cela, il faut faire deux choses : bien isoler la maison sur le plan thermique, et utiliser un chauffage qui convient.

Il est important que le chauffage puisse répondre convenablement à l’ensemble de vos besoins sur ce plan, c’est-à-dire qu’il puisse être suffisamment performant pour permettre de chauffer votre maison à un seuil raisonnable. Il doit aussi pouvoir transmettre la chaleur de manière à ce que celle-ci puisse couvrir une bonne partie de votre domicile, et pour cela, il faut se tourner vers tel ou tel type d’appareil de chauffage selon la configuration de votre maison.

Choisir un radiateur

Le radiateur est un appareil de chauffage qui présente plusieurs avantages, et dont la popularité n’a cessé de croitre au cours des années passées. Parmi ses points forts, on peut mentionner son prix d’acquisition qui est parmi les plus intéressants pour des appareils similaires, ce qui peut s’expliquer par une facilité de fabrication de ce type de radiateur, dans la mesure où la plupart de ceux-ci utilisent une simple résistance électrique pour générer de la chaleur.

On a principalement le choix entre deux types de radiateurs, soit les radiateurs électriques, et ceux qui fonctionnent en utilisant de l’eau chaude. Parmi les radiateurs qui utilisent de l’électricité, il y a plusieurs subdivisions des types, et les modèles se différencient sur la manière dont ils transmettent la chaleur. Certains peuvent le faire par convection, d’autres par rayonnement, etc. Les radiateurs à eau chaude utilisent de l’eau qui est chauffée pour permettre une transmission plus homogène de la chaleur.

Acova pour vos radiateurs

Il se trouve de nombreuses compagnies qui proposent la vente de radiateurs sur le marché, mais Acova est certainement l’une des compagnies qui parvient le mieux à se distinguer sur ce plan. L’avantage de cette compagnie est qu’elle vous propose une large gamme de produits qui sont de haute qualité mais qui sont aussi proposés à des prix qui défient toute concurrence.

Si vous souhaitez faire l’acquisition d’un modèle de radiateur Acova, il vous suffit de vous rendre sur le web et de vous informer concernant les différents modèles proposés, puis de les comparer entre eux de manière à mieux vous décider pour un modèle en particulier.

Se chauffer écolo : les pompes à chaleur, chauffe-eau et chaudières efficaces

Le côté économique ne suffit pas pour choisir le bon chauffage, il faut aussi tenir compte de ses atouts écologiques. La question se pose donc de savoir, quel chauffage est le plus écologique ? Pompe à chaleur, chauffe-eau, chaudière ? En effet, il est difficile de choisir. Pour vous guider, cet article fait le point sur ces différents types de chauffage.

La pompe à chaleur est-elle écologique ?

La pompe à chaleur est un équipement de chauffage aux multiples avantages. Elle peut être de type air-eau ou air-air. Dans tous les cas, elle repose sur l’utilisation des calories de l’air pour produire de la chaleur. Pour la pompe à chaleur air-air, c’est les calories de l’air extérieur qui permettront de réchauffer l’habitation. Pour ce faire, la première unité de la pompe à chaleur se place dans la maison et la deuxième se pose à l’extérieur. D’un point de vue environnemental, la pompe à chaleur s’inscrit parmi les chauffages les plus écologiques. Elle émet très peu de gaz carbonique, soit 4 fois moins par rapport à une chaudière classique. Aussi, elle n’est ni nocive ni polluante. Idéal pour préserver l’environnement. Par ailleurs, notez qu’il existe aujourd’hui des pompes à chaleur réversibles qui procurent un confort toute l’année. En été, elle permet de rafraîchir l’intérieur en rejetant les calories vers l’extérieur. Et en hiver, elle récupère les calories dans l’air extérieur pour réchauffer la pièce.

Quel type de chauffe-eau choisir ?

Le système de chauffe-eau tend actuellement à se réinventer. La preuve : il existe des équipements appelés chauffe-eaux solaires qui allient économie d’énergie et écologie. Comme son nom le laisse paraître, le chauffage de l’eau s’effectue via l’énergie du soleil. Les capteurs solaires captent les lumières solaires pour les restituer au ballon d’eau. C’est un système performant qui permet de satisfaire les besoins en eau chaude du ménage. Et la bonne nouvelle c’est qu’il pourra à la fois s’utiliser comme appareil de chauffage. Il suffira de le raccorder à une pompe à chaleur ou une chaudière. Avantage : Il n’y a ni émission de gaz à effet de serre ni de CO2. C’est le moyen le plus pratique de réduire le réchauffement climatique.

La chaudière : un chauffage écologique ?

Un chauffage central, la chaudière produit uniquement de la chaleur et non de l’eau chaude. Pour ce faire, elle utilise principalement la combustion de gaz comme le gaz ou le fioul. Elle transfère ensuite la chaleur vers le fluide caloporteur. Et ce dernier va circuler dans la chaudière et continue sa route vers les émetteurs de chaleur. Concernant les avantages, la chaudière est une solution efficace et très rentable. Affichant un haut rendement, elle pourra aisément couvrir les besoins en chauffage de la famille. Côté écologique, la chaudière à condensation est la solution la moins polluante de toutes. Elle réduit les rejets toxiques ce qui permet de faire un bon geste pour l’environnement.

Poêle à bois ou à granulés, lequel choisir ?

Ce n’est pas évident de trouver le chauffage idéal pour faire passer les périodes glaciales. En effet, il faut non seulement un chauffage à haut rendement, mais surtout qui n’est pas très gourmand en énergie. Ainsi, vous recherchez donc un chauffage à la fois économique et performant ? Pour cela, les chauffages au bois sont les meilleures solutions. Ils utilisent le combustible le moins coûteux du marché et ses rendements sont des plus satisfaisants. Parmi les plus prisés, vous avez le poêle à bois et le poêle à granulés. Les deux ont chacun leurs inconvénients et leurs avantages. Alors, pour déterminer lequel vous conviendrait le mieux, l’idéal serait de faire un comparatif.

Poêle à bois et poêle à granulés : qu’est-ce qui les différencie ?

Mode de fonctionnement

Le poêle à bois et son homologue à granulés reposent sur un même principe de fonctionnement à savoir la combustion de bois. Le poêle à bois fait brûler des bûches de bois tandis que le poêle à granulés fait brûler des granulés de bois. La principale différence réside dans leur mode de diffusion de chaleur. Le poêle à bois distribue la chaleur par rayonnement alors que celui à granulés le diffuse par ventilation. En terme de performance, la seconde méthode procure beaucoup plus de confort. Pour cause, la chaleur est plus homogène et plus régulière. Vous ne risquez pas des écarts de température et la chaleur se fait ressentir pendant un long moment.

En terme d’autonomie

Le poêle à granulés est le chauffage le plus autonome qui soit. Il ne nécessite aucune recharge manuelle en granulés pour fonctionner. Il est doté d’un réservoir automatique qui approvisionne automatiquement en combustible la chambre de combustion. Et concernant les granulés, ils sont enveloppés dans des sacs les protégeant ainsi de l’humidité. À l’inverse, les bûches de bois ont besoin d’endroit sûr et sec où se réfugier. C’est pourquoi il faudrait prévoir un espace de stockage à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison.

En matière de recharge

Comme relater précédemment, le poêle à granulés est équipé d’un réservoir automatique qui se charge de l’alimentation en granulés de l’appareil. Résultat : il ne demande pas de surveillance constante comparée au poêle à bois. Effectivement, ce dernier ne peut produire efficacement de la chaleur sans une recharge régulière et une bonne ventilation. Par ailleurs, le poêle à granulés est aussi un chauffage programmable. Concrètement, il est possible de réguler la température de chaque pièce selon vos envies. Vous pouvez également programmer le démarrage et l’extinction du chauffage en fonction de vos habitudes afin de réaliser de belles économies.

En conclusion, le poêle à granulés est la meilleure solution que ce soit en termes d’efficacité ou d’économie. Qui plus est, il s’intègre parfaitement à tous vos styles d’intérieur.

Tout savoir sur la maison passive

Les différentes mesures prises pour permettre de faire de plus grandes économies sur le plan de l’énergie sont plus importantes chaque jour. En outre, l’une des nouveautés qui ont vu le jour au cours des années passées, on peut évoquer la maison passive, qui se présente comme votre meilleur allié pour ce qui est de la consommation d’énergie de chauffage.

La question de l’utilisation du chauffage

Le chauffage joue un rôle important dans notre domicile, dans la mesure où il vient assurer une bonne température au sein de notre maison peu importe la saison. Le besoin en termes de chauffage peut varier principalement suivant votre emplacement géographique, mais aussi de la période de l’année ; ainsi, en hiver, la température est bien plus basse au quotidien, ce qui fait qu’on soit généralement amené à utiliser une quantité plus importante de chauffage.

Toutefois, c’est quelque chose qui consomme une quantité d’énergie assez importante suivant l’usage qu’on en fait, aussi, il est nécessaire de bien faire un jaugeage de la manière dont celui-ci utilise les ressources mises à sa disposition. En outre, l’un des principaux soucis avec l’utilisation du chauffage est la quantité importante de ressources qui peut être nécessaire pour permettre de chauffer une maison de manière convenable. Aussi, afin de limiter les dépenses sur ce plan, on peut mentionner les alternatives comme les maisons passives.

Qu’est ce qu’une maison passive ?

On parle de maison passive pour évoquer un style de maison qui a pour particularité d’être peu dépensière sur le plan de l’énergie de chauffage. En outre, l’une des caractéristiques de ce type de maison est de consommer jusqu’à 90% de moins de chauffage qu’une maison ancienne, et moitié moins de ce dont a besoin une maison neuve pour fonctionner. Le principe est simple : on utilise une isolation plus qu’optimale, qui permet de capturer et utiliser un maximum de la chaleur émise par le soleil, ce qui réduit les besoins en source d’énergie de chauffage à un seuil très bas.

Parmi les critères auxquelles une maison doit répondre pour prétendre au titre de maison passive, il y a la protection contre la chaleur, qui doit être à un niveau élevé. On peut aussi mentionner l’orientation vers le sud, ainsi que l’absence de ponts thermiques mais aussi d’ombres massives. Aussi, il est nécessaire de faire l’utilisation d’appareils de chauffage qui possèdent un bon ratio de consommation d’énergie/production de chaleur.

Construire une maison passive

La construction d’une maison passive est une action assez complexe, car elle nécessite que vous répondiez à plusieurs critères divers, dont ceux mentionnés plus hauts. Afin d’avoir l’assurance que les travaux soient faits convenablement, il est nécessaire de vous tourner vers des professionnels qui sont en mesure de vous fournir des services de qualité sur ce plan.

Il se trouve plusieurs certifications auxquelles un professionnel se doit de répondre s’il souhaite être en droit de construire une maison passive, mais aussi d’assurer sa clientèle qu’il a les compétences requises pour mener à bien cette tâche. En vérifiant qu’un prestataire possède ces certifications, vous avez donc l’assurance que c’est bel et bien le professionnel qui vous convient.

Zoom sur la prime d’énergie

En cette période où le réchauffement climatique est à son comble, tout un chacun doit agir en faveur de la préservation de l’environnement. C’est ainsi que l’État a trouvé des moyens pour inciter chaque famille participer activement à cette lutte contre la dégradation de la planète. Parmi ces moyens, il y a le système de la prime d’énergie, un système instauré depuis 2005 et qui a connu de nombreuses améliorations depuis. Faisons le point sur cette fameuse prime d’énergie.

La prime d’énergie : c’est quoi plus précisément ?

Appelée aussi « coups de pouce économie d’énergie », la prime d’énergie est un programme prévu par le dispositif règlementaire des certificats d’économies d’énergie (CEE) de 2005. C’est une législation qui encourage les Français à réaliser chez eux des travaux de rénovation énergétiques. Ce sont des travaux variés qui visent en même temps à réduire la consommation d’énergie des ménages et leurs émissions des gaz à effet de serre. Or, il se trouve que ces travaux coûtent vraiment très cher (entre 12 000 euros et 15 000 euros) surtout pour les ménages aux revenus modestes. Donc, l’État, à travers le dispositif CEE, impose aux entreprises fournisseuses d’énergie (fournisseurs d’électricité, de gaz, de froid et de chaleur ; distributeurs de carburant automobile, etc.) de financer ces travaux par des primes que ces derniers versent aux familles qui effectuent ces genres de travaux.

Principe de fonctionnement de la prime d’énergie

Le dispositif des CEE prévoit notamment pour les entreprises fournisseurs d’énergies des quotas (objectifs) d’économie d’énergie. Les entreprises soumises à cette législation doivent réaliser ces quotas sous peine d’importantes pénalités financières. Les objectifs d’économies d’énergies fixés sont définis en Térawatt-heure (TWh) cumac (cumulé et actualisé). Ces objectifs ont connus une évolution à la hausse depuis 2005, car si le quota était de 54 TWh cumac, il est maintenant de 1600 TWh cumac. Pour les réaliser, ils doivent notamment instaurer un programme d’incitation de leurs clientèles à opérer des travaux de rénovation énergétiques. Ces incitations prennent la forme des primes d’énergie ou de services (conseils, diagnostics) offerts aux clients qui se lancent dans de tels travaux.

À qui bénéficient les primes d’énergies ?

Au début, la prime d’énergie était uniquement destinée aux ménages ayant des revenus modestes. Après quelques changements, la prime d’énergie bénéficie actuellement à tous les ménages sans considération de leurs revenus. Donc, tout le monde peut obtenir ces fameuses primes à condition de respecter certaines conditions qu’on verra plus en détail après.

Quels sont les travaux concernés ?

Les travaux éligibles c’est-à-dire ceux qui peuvent donner lieu à des primes d’énergies ont aussi connu un élargissement. En 2005, ces travaux étaient au nombre de 5, ce chiffre est monté à 6 en 2018 pour finir à 9 à partir de cette année 2019.

Les travaux de rénovation énergétiques concernent entre autres :

-Les travaux des aménagements visant à améliorer l’isolation thermique d’une maison (isolation des murs, des toitures, des fenêtres, etc.)

-Les installations de systèmes de chauffages plus performants économiquement et écologiquement (système de chauffage solaire combiné, chaudières plus économique et écologique, pompe à chaleurs, etc.)

-L’installation d’équipements fonctionnant avec de l’énergie renouvelable comme les chauffes thermodynamiques par exemple.

Pour quels montants de prime peut-on escompter ?

En fonction de plusieurs paramètres, les familles peuvent maintenant toucher jusqu’à 4000 euros de prime d’énergie ! D’abord, ce montant est calculé en fonction des économies d’énergies réalisées par les travaux de transitions énergétiques. Donc, plus ces économies sont importantes, plus l’aide le sera également. Ainsi, un MegaWatt heure (MWh) d’économie d’énergie vaut environ 6 euros. Ce prix a aussi augmenté au fil des années (il était de 1 euro en 2016).

Ensuite, le montant de la prime d’énergie est aussi obtenu en considération du nombre des résidants d’une habitation et de la surface de cette habitation ainsi que du revenu total du foyer en question. Logiquement, plus une famille a un revenu élevé, plus le montant de la prime d’énergie qu’il peut prétendre se trouvera diminuer.

Par ailleurs, on peut avoir la prime d’énergie appelée « prime d’énergie bonifiée », une prime plus avantageuse, quand on satisfait aux critères de revenus définis par l’Anah.

Comment obtenir la prime d’énergie ?

Pour pouvoir bénéficier de la prime d’énergie, on doit respecter un certain nombre de conditions.

Premièrement, il y a des démarches à effectuer auprès des entreprises fournisseurs d’énergies qui ont signé une charte dite « charte coup de pouce énergétique ». Après avoir déterminé le genre de travaux qu’ils veulent réaliser dans leurs maisons, les particuliers s’adressent à ces entreprises pour faire une demande de bénéfice de prime d’énergie. Si l’entreprise accepte cette demande, elle fait signer au particulier la charte et c’est seulement après qu’il commence les travaux.

Deuxièmement, concernant les travaux de rénovation énergétiques, ils ne peuvent notamment être réalisés que par des entrepreneurs ou des artisans ayant un agrément RGE (reconnus garant de l’environnement). Ceci pour certifier que les travaux ont été réalisés par des personnes sérieuses et compétentes dans leur domaine.

Après la fin des opérations, toutes les factures liées à ces travaux sont transmises aux entreprises fournisseurs d’énergies pour pouvoir obtenir la prime d’énergie.

Zoom sur la prime d’énergie

En cette période où le réchauffement climatique est à son comble, tout un chacun doit agir en faveur de la préservation de l’environnement. C’est ainsi que l’État a trouvé des moyens pour inciter chaque famille participer activement à cette lutte contre la dégradation de la planète. Parmi ces moyens, il y a le système de la prime d’énergie, un système instauré depuis 2005 et qui a connu de nombreuses améliorations depuis. Faisons le point sur cette fameuse prime d’énergie.

La prime d’énergie : c’est quoi plus précisément ?

Appelée aussi « coups de pouce économie d’énergie », la prime d’énergie est un programme prévu par le dispositif règlementaire des certificats d’économies d’énergie (CEE) de 2005. C’est une législation qui encourage les Français à réaliser chez eux des travaux de rénovation énergétiques. Ce sont des travaux variés qui visent en même temps à réduire la consommation d’énergie des ménages et leurs émissions des gaz à effet de serre. Or, il se trouve que ces travaux coûtent vraiment très cher (entre 12 000 euros et 15 000 euros) surtout pour les ménages aux revenus modestes. Donc, l’État, à travers le dispositif CEE, impose aux entreprises fournisseuses d’énergie (fournisseurs d’électricité, de gaz, de froid et de chaleur ; distributeurs de carburant automobile, etc.) de financer ces travaux par des primes que ces derniers versent aux familles qui effectuent ces genres de travaux.

Principe de fonctionnement de la prime d’énergie

Le dispositif des CEE prévoit notamment pour les entreprises fournisseurs d’énergies des quotas (objectifs) d’économie d’énergie. Les entreprises soumises à cette législation doivent réaliser ces quotas sous peine d’importantes pénalités financières. Les objectifs d’économies d’énergies fixés sont définis en Térawatt-heure (TWh) cumac (cumulé et actualisé). Ces objectifs ont connus une évolution à la hausse depuis 2005, car si le quota était de 54 TWh cumac, il est maintenant de 1600 TWh cumac. Pour les réaliser, ils doivent notamment instaurer un programme d’incitation de leurs clientèles à opérer des travaux de rénovation énergétiques. Ces incitations prennent la forme des primes d’énergie ou de services (conseils, diagnostics) offerts aux clients qui se lancent dans de tels travaux.

À qui bénéficient les primes d’énergies ?

Au début, la prime d’énergie était uniquement destinée aux ménages ayant des revenus modestes. Après quelques changements, la prime d’énergie bénéficie actuellement à tous les ménages sans considération de leurs revenus. Donc, tout le monde peut obtenir ces fameuses primes à condition de respecter certaines conditions qu’on verra plus en détail après.

Quels sont les travaux concernés ?

Les travaux éligibles c’est-à-dire ceux qui peuvent donner lieu à des primes d’énergies ont aussi connu un élargissement. En 2005, ces travaux étaient au nombre de 5, ce chiffre est monté à 6 en 2018 pour finir à 9 à partir de cette année 2019.

Les travaux de rénovation énergétiques concernent entre autres :

-Les travaux des aménagements visant à améliorer l’isolation thermique d’une maison (isolation des murs, des toitures, des fenêtres, etc.)

-Les installations de systèmes de chauffages plus performants économiquement et écologiquement (système de chauffage solaire combiné, chaudières plus économique et écologique, pompe à chaleurs, etc.)

-L’installation d’équipements fonctionnant avec de l’énergie renouvelable comme les chauffes thermodynamiques par exemple.

Pour quels montants de prime peut-on escompter ?

En fonction de plusieurs paramètres, les familles peuvent maintenant toucher jusqu’à 4000 euros de prime d’énergie ! D’abord, ce montant est calculé en fonction des économies d’énergies réalisées par les travaux de transitions énergétiques. Donc, plus ces économies sont importantes, plus l’aide le sera également. Ainsi, un MegaWatt heure (MWh) d’économie d’énergie vaut environ 6 euros. Ce prix a aussi augmenté au fil des années (il était de 1 euro en 2016).

Ensuite, le montant de la prime d’énergie est aussi obtenu en considération du nombre des résidants d’une habitation et de la surface de cette habitation ainsi que du revenu total du foyer en question. Logiquement, plus une famille a un revenu élevé, plus le montant de la prime d’énergie qu’il peut prétendre se trouvera diminuer.

Par ailleurs, on peut avoir la prime d’énergie appelée « prime d’énergie bonifiée », une prime plus avantageuse, quand on satisfait aux critères de revenus définis par l’Anah.

Comment obtenir la prime d’énergie ?

Pour pouvoir bénéficier de la prime d’énergie, on doit respecter un certain nombre de conditions.

Premièrement, il y a des démarches à effectuer auprès des entreprises fournisseurs d’énergies qui ont signé une charte dite « charte coup de pouce énergétique ». Après avoir déterminé le genre de travaux qu’ils veulent réaliser dans leurs maisons, les particuliers s’adressent à ces entreprises pour faire une demande de bénéfice de prime d’énergie. Si l’entreprise accepte cette demande, elle fait signer au particulier la charte et c’est seulement après qu’il commence les travaux.

Deuxièmement, concernant les travaux de rénovation énergétiques, ils ne peuvent notamment être réalisés que par des entrepreneurs ou des artisans ayant un agrément RGE (reconnus garant de l’environnement). Ceci pour certifier que les travaux ont été réalisés par des personnes sérieuses et compétentes dans leur domaine.

Après la fin des opérations, toutes les factures liées à ces travaux sont transmises aux entreprises fournisseurs d’énergies pour pouvoir obtenir la prime d’énergie.

Installer un chauffe-eau électrique : tous les détails

Généralement, l’installation d’un chauffe-eau électrique est un travail facile. Il ne demande que la mise en place du dispositif au mur. Par contre, pour la performance de l’appareil, avant l’installation, il est d’abord, indispensable d’avoir un minimum de connaissance sur le dispositif lui-même. Puis, il faut aussi prendre en compte la configuration de votre espace. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous détaillerons dans cet article, tout ce qu’il faut savoir sur le chauffe-eau électrique, et nous vous détaillerons ultérieurement, les étapes à suivre pour son installation.

C’est quoi exactement un chauffe-eau électrique ?

Un chauffe-eau électrique est un appareil de production d’eau chaude qui utilise de l’électricité pour fonctionner. Plus précisément, c’est une solution très confortable, économique et simple d’utilisation en termes de production d’eau chaude pour une habitation.

Il se présente sous la forme d’un réservoir émaillé et il est équipé d’un système de chauffage, d’une résistance, d’un thermostat de régulation, d’un système de prévention de la corrosion et d’une anode.

Sur le marché, il existe 3 catégories de chauffe-eau électrique, notamment : le chauffe-eau à accumulation, le chauffe-eau instantané et le chauffe-eau de petite capacité. Ce dernier est équipé d’une cuve limitée en volume et il est idéal pour une utilisation secondaire.

Les différents types d’installation possible pour un chauffe-eau électrique

En fonction de votre mur et du modèle de votre chauffe-eau électrique, vous devez choisir entre 2 types d’installation qui sont : l’installation au mur et l’installation sur socle.

L’installation sur socle est recommandée pour les modèles de chauffe-eau les plus volumineux, c’est-à-dire, les modèles qui disposent une capacité plus de 150 L.

Ensuite, dans le cas d’une installation au mur, vous pouvez choisir entre la pose à la verticale et la pose à l’horizontale. La pose à la verticale est généralement adaptée pour les chauffe-eaux électriques verticaux. Tandis que la pose à l’horizontal est idéale pour les modèles horizontaux.

Quoi qu’il en soit, pour la performance de l’appareil, il est conseillé d’installer le chauffe-eau à proximité de l’endroit où vous allez avoir le plus besoin d’eau chaude.

L’installation d’un chauffe-eau électrique

L’installation d’un chauffe-eau électrique passe généralement par 3 étapes. Dans la première étape, vous devez commencer par sa fixation. Pour ce faire, vous devez déterminer son emplacement et marque l’emplacement des fixations tout en vérifiant son horizontalité et sa verticalité. Après cela, vous devez percer les trous correspondant et poser le kit de fixation. Pour finir la première étape, passez directement à la pose du chauffe-eau.

Dans la deuxième étape du travail, pensez à le raccorder au réseau d’eau et à l’électricité. Vous devez de ce fait, brancher les 2 canalisations froide et chaude ainsi que le câble électrique au chauffe-eau.

Enfin, pour la troisième étape, il ne vous reste plus qu’à passer à la mise en route. Cela consiste à le mettre en eau pour vérifier que les raccords sont bons.