Rénovations énergétique : toutes les aides possibles

Il est temps pour vous d’effectuer des travaux de rénovation énergétique, mais vous n’avez pas assez de moyens de réaliser le projet. Sachez qu’il est tout à fait possible de trouver des aides financières afin de vous aider à y arriver. D’ailleurs, ces aides en question se déclinent sous différentes formes. Les paragraphes ci-après vous donneront des informations plus explicites à ce sujet. Restez sur la page.

Rénovations énergétiques : pourquoi en faire ?

La rénovation énergétique constitue tous les travaux nécessaires à entreprendre dans le but d’améliorer la performance énergétique d’un logement. Elle offre une multitude d’avantages aux propriétaires, et c’est notamment l’une des premières raisons de son exécution. En premier lieu, cette opération consiste à faire une économie d’énergie et à améliorer le confort de vie des occupants de la maison. En l’occurrence, elle vise principalement le système d’isolation du foyer et de l’ensemble de systèmes de chauffage auquel les membres de la famille recourent. On parle alors de remplacement des appareils de chauffage et de ventilation ainsi que l’amélioration de l’isolation. Ce sont les manières les plus évidentes de faire un maximum d’économie. Il convient aussi d’effectuer une installation d’énergie renouvelable parce que la rénovation énergétique se base également sur le principe de respect de l’environnement.

Comme vous le savez déjà, la réalisation d’un tel projet nécessite le déploiement d’un budget plus ou moins élevé. C’est justement la raison pour laquelle diverses aides sont proposées par l’État. Il s’agit ici d’une aide financière pour réussir l’entreprise des travaux nécessaires afin que chaque famille puisse jouir d’un confort optimal en toute saison sans pour autant gaspiller de l’énergie. Mais c’est également un encouragement pour inciter les citoyens à préserver l’environnement et pour minimiser l’exploitation de l’énergie fossile.

Quelles sont les aides possibles ?

Étant donné que les particuliers ont souvent du mal à financer ce genre de travaux, et vu qu’il y a une cause pour l’environnement et la société, l’État et divers organismes déploient un budget pour les aider. En premier lieu, il y a la prime énergie C2E (certificat économie d’énergie) qui est destinée à toutes les personnes physiques ou morales désirant faire des éco-travaux dans leur logement. Ces travaux consistent à faire une installation d’une pompe à chaleur, d’une isolation intérieure et extérieure, d’un panneau solaire ainsi que d’un remplacement de vitres. Il y a également le crédit d’impôt pour la transition d’énergie (CITE) qui permet à chaque foyer de soutirer une partie des dépenses relatives aux travaux sur leur impôt sur revenu. Cette somme peut varier entre 30 à 50 % du coût total déployé pour l’ensemble des travaux. Aussi, toutes les dépenses liées à ce type d’engagement sont sujettes à une TVA à taux réduit. Par ailleurs, il y a aussi l’éco-prêt taux zéro (éco PTZ) qui fait bénéficier un prêt pour les propriétaires de maisons anciennes. En outre, nous pouvons aussi considérer l’aide de l’ANAH (agence nationale de l’habitat), la prime coup de pouce économie d’énergie, les primes particulières aux fournisseurs d’énergie et l’exonération temporaire de la taxe foncière.

Quel toit choisir pour sa maison ?

Parmi les éléments fondamentaux d’une habitation figure le toit. D’une manière générale, on l’appelle « la cinquième façade » puisqu’il trouve son utilité dans la protection de l’intérieur contre les intempéries. Qui plus est, il remplit également un rôle esthétique. Si vous êtes sur le point de penser au toit de votre future maison, sachez qu’autant de solutions s’offrent à vous.

Quels matériaux de toit choisir ?

Plusieurs types de matériaux de toiture existent. Parmi les plus utilisés figurent la tuile en terre cuite, et la tuile en béton. Il existe aussi le bac acier ou encore l’ardoise, pour les habitations contemporaines. Certaines personnes choisissent le zinc, ou encore le bois (qui est rarement utilisé).

Lorsqu’on choisit un matériau de toiture, plusieurs facteurs sont à prendre en compte, à savoir : sa capacité d’isolation, son étanchéité, ou encore sa solidité. Sachez que si vous misez sur un matériau moins isolant, cela pourrait faire créer une déperdition énergétique entre 20 et 30 %. Sont moins performantes en matière d’isolation la tuile en béton et la tuile minérale. Il pourrait même y avoir une condensation d’eau sous les tuiles. Pour y remédier, il faut y ajouter des tuiles de ventilation. Vous pouvez également utiliser l’ardoise naturelle, qui a la capacité de respirer naturellement. Seulement, son prix est plus élevé par rapport aux autres matériaux.

Quelle forme de toit choisir ?

Sur ce point, le choix est très large. Tout est en fonction de vos préférences. Le toit plat a l’avantage d’offrir plus de modernité à votre maison, malgré son cout élevé. Le frais de sa réparation est aussi plus onéreux. De plus, ce type de toiture est réputé pour ses problèmes d’étanchéité, par rapport à une toiture en pente classique. Une autre alternative s’offre à vous : la toiture traditionnelle. Celle-ci peut être dotée d’une partie en toit-terrasse (ou végétalisé).

Par ailleurs, certains fabricants proposent des toits de type mono pente. Ce modèle a l’avantage d’offrir une touche de modernité.

En outre, pour offrir un style personnel à votre toiture, vous pouvez y ajouter une touche personnelle et décorative, sans que cela fasse souffrir votre porte-monnaie. Vous pouvez ainsi vous procurer les épis de faitage en bois ou en fer forgé, le coq, la pomme de pin, ou encore les girouettes. Ces éléments de décors sont à la mode et donneront à votre habitation beaucoup de cachet.

Enfin, si vous avez choisi un matériau moins isolant pour votre toiture, vous devez alors mener des travaux d’isolation thermique. Découvrez comment isoler convenablement une toiture.

Les points clés de l’isolation

Plusieurs critères doivent entrer en considération pour affirmer qu’une isolation est réussie. En effet, pour que le système d’isolation d’un logement d’un logement soit optimal, il convient de respecter quelques normes. Il y a donc des points de repère à valoriser. Nous allons vous les expliquer dans le dossier présent afin que vous puissiez apporter le confort thermique chez vous. Suivez les détails !

Isolation normalisée

Sans exclure tous les petits détails d’une isolation, nous pouvons affirmer qu’une isolation réussie se base sur l’ensemble de l’enveloppe de la maison. En premier lieu, les zones vulnérables où la déperdition de chaleur et le point d’entrée de la chaleur doivent être bien isolés. L’ampleur des travaux à effectuer dépend grandement de la nature de votre région d’habitation, de la dimension de la surface à isoler et du niveau de confort thermique recherché. Pour le matériau isolant, il convient de choisir des éléments certifiés pour avoir un résultat garanti. Cela permet aussi d’apporter une meilleure étanchéité à l’air et d’une ventilation maitrisée. Pour la toiture, le choix de l’isolant est crucial parce que vous aurez besoin d’une matière qui peut à la fois résister à l’humidité, à la grande chaleur, au vent, aux attaques d’insectes et au gel. L’installation de l’isolant au niveau de cet endroit doit se faire par des professionnels qui pourront garantir un résultat optimal. Pour le sol, la pose est plus ou moins délicate, l’entretien est compliqué, mais la sensation obtenue est très agréable. Donc, si vous choisissez d’installer un isolant au niveau de votre plancher, penser à toutes les conditions requises pour une bonne utilisation. Dans tous les cas, l’isolation doit toujours s’effectuer suivant la norme RT 2012 afin d’éviter les ponts thermiques dans le logement. Il est donc important de se renseigner à propos de ce sujet.

Type d’isolation et matériaux isolants

Choisir une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur, tout dépend de la situation de chacun. Seulement, il est à noter que l’isolation par l’extérieur offre un résultat plus satisfaisant. Par ailleurs, les isolants pour l’extérieur et pour l’intérieur ne sont pas les mêmes parce que pour l’extérieur, une capacité de résistance plus accrue est nécessaire. Quant à l’isolation par l’intérieur, l’isolant sera mieux protégé, mais l’opération fera réduire la surface exploitable dans la maison. Il est également indispensable de préciser que l’isolant peut varier en fonction de la zone à isoler. Le mieux est de demander conseil à un professionnel avant de choisir.

Tout ce qui est en rapport avec l’isolation se raccorde avec la consommation d’énergie pour l’alimentation des appareils de chauffage et de climatisation. Ce qui implique qu’un tel investissement se doit d’être efficace pour permettre aux propriétaires de faire le maximum d’économie sur leur facture. Donc, que ce soit pour le genre d’isolation que pour le type d’isolant, une étude doit être menée afin de déterminer les besoins hermétiques de l’habitation. Cependant, seul un expert peut effectuer cette sorte d’étude. Si vous ne souhaitez pas solliciter les services d’un professionnel à ce sujet, il existe un moyen de faire une simulation de votre situation sur le web.

Isolation : les clés du confort

Nous voulons tous être dans une maison où il fait bon vivre. Cela est possible grâce à une bonne isolation. Effectivement, ce dernier nous permet de profiter d’un grand nombre d’avantages comme le confort, l’économie d’énergie, etc. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’isolation thermique est mise en avant dans la rénovation énergétique et tient une place très importante dans une maison passive. Découvrons ensemble l’isolation : les clés du confort.

Isolation : quels en sont les avantages ?

Telle que nous l’avons déjà dit, une bonne isolation procure de nombreux avantages. Cela commence par l’économie sur la consommation d’énergie. Vous devez savoir que 54 % de l’énergie consommée dans une maison va vers le système de chauffage et la climatisation. Pourtant, avec une excellente isolation, il est inutile d’avoir recours à des appareils coûteux et énergivore. Et cela permet de réduire considérablement la facture d’énergie.

L’isolation apporte également un grand confort. Elle retient les calories dans la maison et empêche les courants d’air d’entrer. Par conséquent, une bonne isolation permet de profiter d’une bonne chaleur en période de froid. Pendant la saison où le soleil atteint son zénith, elle garde constante la chaleur à l’intérieur du logement. Ainsi, quel que soit le temps qu’il fait à l’extérieur, vous bénéficiez d’une température ambiante constante dans la maison grâce à l’isolation.

Au cas où vous envisageriez de louer ou de vendre la maison, une excellente isolation accroît sa valeur. Effectivement, tout le monde sait très bien qu’un bâtiment bien isolé économise de l’énergie tout en offrant un confort optimal à ses occupants. Plus l’isolation sera bonne, plus le prix de la maison sera cher.

Enfin, une bonne isolation maison aide à la préservation de l’environnement. La réduction de la consommation d’énergie signifie réduction de l’émission de CO2 dans l’atmosphère. D’ailleurs, il existe des isolants naturels qui sont non seulement meilleurs pour l’homme, mais aussi pour l’écosystème.

Isolation : les différentes parties d’une maison à isoler et les différentes techniques de pose

La chaleur s’échappe un peu partout dans une maison. Environ 20 à 30 % sort par la toiture. À peu près 10 à 15 % s’échappe par les fenêtres et 7 à 10 % par le plancher. Et la déperdition énergétique par les ponts thermiques se situe entre 5 à 10 %. Il est par conséquent important d’isoler ces différentes parties pour que la maison soit bien étanche.

Il existe différents techniques de pose. L’isolation thermique par l’extérieur. Ce système permet de supprimer les ponts thermiques, de gagner de l’espace, de garder l’intérieur propre. Cette technique est idéale pour la rénovation. L’isolation thermique par l’intérieur. Avec ce type de pose, vous pouvez garder l’apparence extérieure de votre habitation. En plus, isoler par l’intérieur est moins onéreux qu’isoler de l’extérieur. En revanche, l’espace habitable de votre maison est réduit de quelques centimètres.

Isoler une cheminée

Parce que les cheminées font parties des passages d’air dans une maison, il est impératif de penser à leur isolation. Effectivement, outre les fenêtres, les portes, le toit, le plancher et les murs, la cheminée peut aussi être une source de déperdition importante de chaleur. Isoler ses conduits est donc primordial pour apporter plus de confort thermique dans votre foyer. Sachez toutefois que cette opération peut être différente de l’isolation des autres parties du logement à cause des attributions de la cheminée. Découvrez comment exécuter correctement cette tâche.

Pourquoi est-il important d’isoler une cheminée ?

En réalité, l’isolation de la cheminée repose sur le principe suivant : la chaleur à l’intérieur du conduit ne peut pas se conserver toute seule sans une technique spécifique. Donc, l’isolation permet à la chaleur de rester dans son foyer pour qu’elle ne se transmette pas vers les murs. Deux méthodes sont possibles pour la réalisation de cette opération. En premier lieu, pour une construction neuve, un boisseau ou un conduit métallique à double paroi peut être directement utilisé pour monter le conduit. Cette technique est la plus utilisée parce qu’elle est le plus simple et le plus efficace. Par ailleurs, s’il s’agit de travaux de rénovation, l’isolation peut s’effectuer autour du conduit en y installant un isolant traditionnel comme la laine de roche. À ce titre, il est opportun de savoir bien choisir un matériau qui résiste parfaitement à la chaleur.

Notez que certains problèmes qui se présentent au niveau de la cheminée peuvent être liés à une mauvaise isolation de celle-ci. Par exemple si votre cheminée possède un souci de tirage, il serait plus simple de réaliser une isolation au niveau des murs qui entourent les conduits au lieu de remplacer tout le conduit.

À retenir

Comme vous pouvez vous en douter, l’isolation d’une cheminée est une tâche plutôt délicate parce qu’elle implique le franchissement de diverses étapes techniques. De ce fait, si vous n’êtes pas habile dans ce genre de procédure, le mieux serait de faire appel directement à des professionnels qualifiés. Concernant les matériaux requis, il est impératif d’employer uniquement des produits ignifuges comme le béton cellulaire, le silicate de calcium, le plâtre, les briques en terre cuite, la laine de roche ou la laine de verre. Il est également important de connaitre que pour chaque partie de la cheminée, le matériau isolant peut être différent. Par exemple pour la hotte, qui même si elle n’est pas directement en contact avec le feu est une partie extrêmement chaud, vous pouvez faire usage de panneaux conçus par une couche de laine de roche et d’une feuille d’aluminium. Pour l’âtre de la cheminée, vous devrez employer plusieurs couches d’isolant pour faire des plaques coupe-feu ou des écrans feu.

Toutes ces procédures doivent se dérouler dans le respect total des règles de l’art pour avoir un résultat parfait. Une mauvaise isolation peut entrainer un rejet de fumée important dans la maison et le risque d’incendie peut augmenter.

Isoler un plancher

En utilisant un revêtement de sol, vous isolez déjà votre plancher. Néanmoins, vous pouvez aller plus loin. Pensez à isoler votre plancher. Mais comment faire ? Les réponses.

Pourquoi devez-vous isoler votre plancher ?

Isoler son plancher ? C’est avant tout améliorer l’isolation thermique de sa pièce. Retenez que votre sol laisse échapper jusqu’à 10 % de la chaleur ! L’isolation vous permet de réduire la déperdition thermique et par la suite, votre note de chauffage (dans le contexte actuel, n’est-il pas vraiment utile de diminuer la facture liée au chauffage ?).

Logiquement, vous gagnerez également en confort en isolant votre plancher. Puisqu’un plancher isolé sera plus chaud, vous ne vous plaignez plus lorsque vous marchez pieds nus chez vous.

Dans le cas d’un appartement, l’isolation du plancher permet également d’améliorer l’isolation phonique. Eh oui, l’isolation limitera significativement la propagation des bruits. Bref, un plancher isolé fera toute la différence chez vous.

Isoler un plancher existant : les solutions qui s’offrent à vous

Vous voulez isoler un plancher existant ? Trois solutions s’offrent à vous :

– L’isolation par le bas : L’isolant sera placé sur la face inférieure du plancher. Il est possible de recouvrir celui-ci d’un parachèvement. Cette technique d’isolation n’est pas envisageable si le plancher est posé directement sur le sol.

– L’isolation par le haut : L’isolant sera placé sur le plancher. Par la suite, celui-ci sera recouvert d’un revêtement, lequel doit assurer la circulation. Cette méthode d’isolation implique l’enlèvement éventuel de la finition existante ainsi que la pose d’une nouvelle finition.

– L’isolation entre les éléments de structure du plancher : l’isolant sera placé entre les éléments de structure entre la surface de circulation et le parachèvement inférieur. Cette technique d’isolation n’est envisageable que pour les planchers à ossature.

Pour quel isolant miser ?

Concernant l’isolant, plusieurs options s’offrent à vous. Laines minérales (laine de roche et laine de verre), laines végétales (laine de bois ou de chanvre), polystyrène et isolant mince, c’est à vous de voir ! Certes, votre budget influencera votre choix. Néanmoins, vous devez également tenir en compte de certains éléments comme la résistance thermique, la conductivité, ainsi que l’épaisseur lors de l’achat. Ces éléments détermineront la performance et donc l’efficacité de l’isolant. Choix classiques, les laines minérales assurent une efficacité exemplaire. L’isolant mince reste un choix judicieux également à condition que l’épaisseur soit limitée.

Quelques recommandations à retenir

Le mieux serait de penser à l’isolation du plancher dès la construction de sa maison. Réalisée lors de la construction, l’isolation du plancher impliquera moins de travaux en effet. Même si vous êtes un bon bricoleur de dimanche, ne vous aventurez pas dans les travaux. En demandant plusieurs devis de professionnels, vous bénéficierez sans aucun doute de la meilleure offre.

Isoler un plafond en bois

Le plafond est source des pertes thermiques dans la maison. Il mérite ainsi d’être bien isolé surtout lorsqu’il s’agit d’un plafond en bois. Ce dernier s’use rapidement dans le temps et laisse échapper de l’air et de la chaleur. Mais comment bien isoler un plafond en bois ? C’est justement notre thème du jour.

Pourquoi isoler un plafond ?

Compte tenu du problème énergétique actuel, il s’avère indispensable de soigner l’isolation de sa maison. Plusieurs points des habitations sont sensibles aux pertes de chaleur entre autres la toiture, le mur, le plafond et le sol. À en croire certaines études, la toiture est responsable de près de 30 % de pertes thermique dans une maison. Et comme le plafond se trouve tout près du toit, cet élément en est la principale cause. Si le plafond est mal isolé, celui-ci laisse échapper l’air et la chaleur qui va sortir à travers le toit. Cette situation risque d’augmenter votre facture d’énergie et d’électricité. Ci-après une explication tangible.

En été, le plafond laisse entrer la chaleur extérieure qui envahira toutes les chambres de la maison. Par conséquent, vous devez augmenter la performance de votre système de climatisation. Et en hiver, le plafond en bois laisse échapper la chaleur intérieure, situation qui vous obligera de mettre votre système de chauffage en pleine puissance.

Comment isoler un plafond en bois ?

L’installation d’un isolant sur le plafond en bois dépend de la configuration de la structure. Vous désirez cacher les poutres apparentes ou laisser une partie des poutres. Pour isoler un plafond en bois, vous pouvez installer un faux plafond complet. Le projet est assez simple pour un bon bricoleur. Il faut juste combler les espaces entre les poutres avec de l’isolant situé contre le plafond de la maison.

Il existe plusieurs matériaux pour fabriquer un faux isolant : lambris, plaques de placo, bois et bien d’autres encore. Mais quel que soit le matériau choisi, le faux plafond doit être taillé en fonction de l’espace entre les lisses. Mais si vous décidez d’installer un faux plafond complet, seuls les derniers éléments à poser doivent être taillés. En effet, les autres panneaux seront justes fixés sur les poutres. À noter qu’il existe plusieurs types d’isolants pour sur le marché qui permettent de bien isoler un plafond en bois. Tout dépend simplement de vos goûts et de votre budget.